#TEST : GARMIN FORERUNNER 225

#TEST : GARMIN FORERUNNER 225

Il y a quelques temps, je me suis retrouvé bien embêté par ma montre (à l’époque la Forerunner 10) pour plusieurs raisons. Tout d’abord lors de ma préparation pour l’Ubaye Trail Salomon durant laquelle je me suis rendu compte que la batterie de cette montre ne suffirait pas pour tenir la durée totale de la course (durée d’autonomie estimée par Garmin : 4h…). Ensuite lorsque j’ai voulu faire des séances de fractionné, il était impossible de prévoir des périodes d’échauffement, de récupération, le nombre de séries etc… Enfin, cette montre (très pratique par ailleurs), ne disposait pas de cardio-fréquencemètre, ce qui n’était pas indispensable à mes yeux mais qui peut être une très belle valeur ajoutée. Pour ces trois raisons donc, je me suis mis en tête de trouver une montre GPS Garmin (pour continuer à utiliser le Garmin Connect) qui permettrait de résoudre ces « problèmes ».

Je me suis donc orienté, après plusieurs comparatifs, vers la Forerunner 225. Voici pourquoi

L’AUTONOMIE

Garmin annonce une autonomie de 10h en mode entrainement. Je vous avoue que je n’ai pas encore fait de sortie de 10h non-stop. Par contre, j’ai pu faire pas moins de 8 sorties running (entre 45min et 1h20) sans avoir à recharger la montre une seule fois, et en la laissant allumé toute la journée. Cette autonomie n’est pas négligeable du tout et est même très appréciable, plus besoin de se demander si la montre va tenir la charge jusqu’à la fin de la sortie du jour : la réponse est quasiment toujours « OUI » ! Premier « problème » réglé…


LES ENTRAINEMENTS

Une révolution… C’est comme ça que je définirais l’apport du mode entrainement de cette montre dans ma préparation sportive. Et je pense que le mot n’est pas trop fort quand on passe d’un simple mode « course/marche » à une programmation complète de la séance. En effet, avec la Forerunner 225 (et d’autres montres Garmin), il est possible de programmer une séance d’entrainement sur son ordinateur (échauffement, fractionné, repos, étirements…), de la basculer ensuite sur la montre et une fois que vous partez courir, vous n’avez qu’à vous laisser guider par elle. C’est génial ! Plus besoin de compter combien de 200m vous avez faits, ni de regarder combien de mètres il vous reste à parcourir, la montre vous dit tout en temps réel… Deuxième « problème » réglé.

capture-decran-2015-09-12-a-09.29.01

LE CARDIO-FREQUENCEMÈTRE

Cet aspect de l’entrainement n’étant pas indispensable à mes yeux, je n’ai surtout pas voulu m’embêter avec une ceinture à mettre puis à enlever, à serrer puis à desserrer… D’autant plus que je cours le plus souvent avec mon iPod, je ne me voyais pas courir avec les écouteurs plus la ceinture du cardio plus le téléphone etc. L’avantage de cette montre est donc qu’elle prend le pouls grâce à son capteur au poignet ! Un très bon point à mes yeux. D’autant plus que celui-ci marche plutôt bien si le bracelet est assez serré autour du poignet. La visualisation en temps réel des battements cardiaques est également très lisible et agréable.

BILAN

En définitive cette montre semble, après quelques semaines d’utilisation, être tout à fait adaptée aux attentes que j’en avais. Elle est très simple à prendre en main et très complète à la fois. Petit plus, si elle est portée durant la journée, elle compte les pas réalisés tout au long de la journée, une motivation en plus pour bouger plus au cours d’une journée de travail !! Même si ce point n’est pas forcément utile, on se prend très vite au jeu de tenter de faire le plus de pas possible dans la journée.

Malgré son prix qui peut parfois ralentir certains amateurs comme moi (à partir de 250€), elle vaut vraiment le coup !!

Hurdle Runner.

#TEST : LA NUTRITION PAR APTONIA

#TEST : LA NUTRITION PAR APTONIA

Premier article concernant les tests, et pour commencer je vais rester simple et vous donner mon avis sur quelques produits de nutrition Aptonia (ils ne reflètent en aucun cas l’intégralité de la gamme proposée par Décathlon mais uniquement une partie de celle-ci).

Il n’est pas toujours facile de savoir comment s’alimenter le jour d’une course ou bien durant sa préparation. Les produits que j’ai pu tester sont des produits que l’on trouve dans tous les magasins Décathlon et qui restent très abordables financièrement. Je les ai testé durant ma préparation pour l’Ubaye Trail Salomon, mais aussi le jour de la course. Je vais essayer de vous expliquer au mieux comment je les ai utilisés et si j’ai été convaincu.

MES CONSEILS NUTRITION (pendant l’effort !)

Il faut tout d’abord savoir qu’il s’agit de ma toute première expérience en matière de nutrition énergétique, surtout pour ce qui est des gels. Cette expérience ne peut donc pas se comparer à une autre mais je vais vous faire part de mon ressenti de la façon la plus objective possible. Pour ma part, j’avais établi au début de ma préparation, qu’il me faudrait avaler entre 50 et 60g de glucides et entre 400 et 500mL de liquide par heure de course lors du trail. J’ai donc regardé scrupuleusement les étiquettes des produits présents en magasin, j’ai également fouillé sur le web pour avoir certains conseils et je me suis documenté au travers de différents magazines spécialisés. De toutes ces recherches en sont ressortis plusieurs points (à mes yeux) essentiels :

– Ne pas prendre un produit pour la première fois le jour de la course

– Varier les goûts et les textures

– Ecouter son corps (et son ventre) durant l’effort

– Ne manger que dans des parties ou le dénivelé le permet (ne pas tenter d’avaler une pate de fruit en pleine agonie dans une montée…)

img_8999

A partir de ces postulats et des compositions des barres, pates de fruits, gels et boissons que j’avais repéré, j’ai établi une sorte de « plan de route alimentaire » à suivre durant la course. Pour commencer et avant de rentrer dans le détail, que se soit lors des entrainement ou de la course, je n’ai fait que boire (pas trop) de l’eau durant les 45 premières minutes. Au delà de cette limite, mon alimentation variait en fonction du type de séance.

LES PRODUITS TESTES :

– Barres Aptonia Chocolat Clak x6 (1.69€)

– Barres Aptonia Pomme Clak x6 (1.69€)

– Pates de fruits Aptonia Poire x5 (1.99€)

– Pates de fruits Aptonia Agrumes x5 (1.99€)

– Gels énergétiques Aptonia Agrumes x6 (4.95€)

– Boisson Isotonique à reconstituer ISO+ 650g Citron (9.95€)

big_f7a05fd98eb842e294640bfbe836a344

MON UTILISATION DES PRODUITS

Pendant la préparation

– Sur les sorties très courtes (-1h), mon alimentation ne se résumait qu’à de l’eau par petites gorgées tout au long de la séance.

– Sur les sorties un peu plus longues (entre 1h et 2h), je buvait de l’eau sur les 45 premières minutes, moment ou je prenais une pate de fruit Aptonia (Poire ou Agrumes) pour m’apporter un léger apport en glucides sans pour autant en ingurgiter trop. Souvent, je complétais cette prise de sucre vers 1h30 de course (pour les séances de 2h) par une autre pate de fruit Aptonia d’un goût différent (varier un maximum). Notez tout de même que pour toutes ces séances là (-2h), je n’ai jamais pris de boisson énergétique.

– Pour les sorties de plus de 2h, mon alimentation était strictement celle prévue pour le jour de la course (voir la suite).

Pendant la course

Toujours dans l’objectif d’avaler 50-60g de glucides et 400-500mL de liquide, mon « plan de route » était relativement précis. Pour faire simple, après la pate de fruit des 45 minutes, je prenais un gel énergisant Aptonia (Agrumes) par heure (1h15; 2h15…) et une barre Aptonia (Chocolat ou Pomme) toutes les heures également (1h45; 2h45…). Au delà de 3h30 de course (à l’entrainement ou le jour de la course), j’ai remplacé les barres par des pates de fruit (pour varier les textures et mâcher plus facilement).

Pour ce qui est de l’eau et de la boisson énergétique, les deux liquides n’étaient pas bus de la même façon. Pour ce qui est de l’eau, je ne me fixait pas de limite, je buvait régulièrement par petites gorgées, sans attendre d’avoir soif. En revanche, pour ce qui est de la boisson isotonique Aptonia ISO+ (Citron), qui avait pour but de m’apporter et des glucides et un peu de sodium, les prises étaient régulières et limitées. Je prenais 4 gorgées (l’équivalent de 200mL) au moment d’avaler mes gel Aptonia, et une petite gorgée (50mL) au moment de l’apport plus solide (barre ou pate). Cette prise régulière me permettait d’avoir un apport constant lors de la course, mais permettait aussi de mieux assimiler les différents produits (barres, gels, pates…)

img_9002

MON AVIS

Tout d’abord il faut savoir qu’avant cette préparation, je ne faisait jamais attention à mon alimentation durant l’effort. Pour être même très honnête, je ne mangeais jamais pendant… Même si j’avais l’habitude de manger des pates de fruits et des barres céréales en dehors de ma pratique sportive, je n’avais jamais utilisé ni de gels énergisants ni de boisson isotonique. Je vais donc faire le point sur tous les produits que j’ai pu tester un par un.

– Barres Aptonia (Chocolat & Pomme) : Il me semble que parmi tous les produits que j’ai pu tester, les barres (quelque soit le parfum) est celui qui m’a le moins convaincu. Non pas que leur goût ou leur texture soit désagréables, bien au contraire, mais plutôt parce rien ne m’a surpris dans ce produit. Je m’attendais à quelque chose de différent des barres « classiques » (plus sucré, plus sec, plus facile à mâcher…), mais elles ressemblent finalement à bien d’autres barres céréales que j’ai pu gouter. Cependant je n’ai eu aucun soucis à les avaler durant l’effort, plusieurs petites bouchées m’ont permises d’assimiler ce produit sans aucun soucis. Le goût est là, la texture aussi, mais il manque un tout petit quelque chose pour que je soit totalement séduit. A noter : le système « CLAK » pour l’ouverture facile du produit fonctionne plutôt bien et est facile à utiliser (sauf quand on a les mains mouillées).

– Pates de fruits Aptonia (Poire & Agrumes) : Pour ce qui est des pâtes de fruits en revanche, je ne trouve aucun point négatif à ce produit. L’emballage s’ouvre très facilement durant la course, aucun problème donc pour s’alimenter en courant, en marchant, en montée, sur plat ou en descente. La texture des pates est parfaite, il n’y a rien à redire la dessus. Je pensais être écœurer, que cela serait difficile à assimiler correctement mais pas du tout. La pate se mâche extrêmement facilement et s’avale aussi très rapidement. Attention cependant à ne pas laisser les pates exposées au soleil ou au chaud trop longtemps, cela peut les rendre collantes et un peu plus dures à sortir de leur emballage. Coté goût, on y est, on sent très bien la poire sans que ce soit trop, et les agrumes explosent en bouche, c’est parfait !

– Gels énergétiques (Aptonia Agrumes) : J’avoue que la première fois que j’ai pris le gel en bouche j’ai été surpris de la texture mais je ne savais vraiment pas a quoi m’attendre. La première surprise passée, le gel passe très bien, ne colle pas dans la bouche et s’avale très bien. Le fait de boire (de l’eau ou de la boisson isotonique) en même temps permet également de « faire descendre » le tout sans problème. Le goût est également très intéressant et le sucre ne se fait pas trop sentir (pas écœurant en tout cas…). Coté pratique, l’ouverture est très simple (attention à ne pas faire tomber le bouchon à usage unique dans la nature !!) et il est tout aussi simple de vider le contenu du tube par une simple pression sur l’ensemble de celui-ci. Les gels sont très légers, ne prennent pas trop de place et leur quantité est idéale puisque le produit n’est pas refermable, on a juste ce qu’il faut.

– Boisson Isotonique à reconstituer ISO+ (Citron) : Pour finir, la fameuse boisson énergétique. Pour ma part, je la transportais dans deux bouteilles d’eau standard (50cL), accrochées sur les bretelles de mon sac. Pour la confection de la boisson pour commencer, le système de bec verseur du bidon est idéal, on n’a aucune excuse pour mettre de la poudre a coté du bidon ou de la bouteille ! En rajoutant de l’eau il suffit ensuite de secouer un peu pour diluer le tout, le mélange se fait très bien. Même après plusieurs heure de préparation, la poudre ne retombe pas au fond de la bouteille et ca c’est appréciable. Niveau quantité et goût, je mettais l’équivalent de deux doses pour 50cL : le goût obtenu était je pense celui espéré par les fabricants. Le citron était bien présent sans acidité et le gout du sucre pas trop écœurant non plus. Un léger goût salé (et oui il en faut un peu quand même) apparait en bouche et celui-ci est surprenant. Il m’a fallu quelques sorties pour m’y faire et pour accepter de boire quelque chose dont je n’avais pas l’habitude. Mais une fois cette étape passée, on ne fait plus attention à ce goût nouveau et on y revient sans hésiter, surtout après quelques heures de courses. En dehors de ce léger temps d’adaptation, ce produit me semble remplir sa mission à merveille !`

BILAN DE L’EXPERIENCE : PRDOUITS ADOPTES !

Finalement pour une première expérience, je suis plutôt très satisfait de ce que j’ai pu tester. En effet le produits sont disponibles à un prix très abordable pour le grand public, les goûts sont variés (il existe bien d’autres saveurs que je n’ai pas testé) et le bilan après utilisation est plus que positif. L’ensemble des produits testés sont bons à manger, la présence de sucre (que l’on recherche ici) ne se fait pas trop ressentir et il est donc agréable de les consommer.

Je n’ai volontairement pris aucun produit salé (caramel au beurre salé par exemple) par peur de ne pas les digérer correctement ou de ne pas réussir à les assimiler, mais je pense que je ne vais pas tarder à tester certains produits salés, surtout pour les courses longues durant lesquelles le besoin se faire souvent ressentir.

En définitive, je vous recommande donc sans retenue ces produits Aptonia, mais rappelez vous d’une chose très importante, toute votre alimentation sportive (au même titre que le matériel d’ailleurs) doit bien évidemment être testé à l’entrainement avant d’être utilisée en compétition. Cela vous permettra de ne pas être victime de quelques problèmes que ce soit lors d’une course, aussi importante soit-elle…

Hurdle Runner.