#COMPTE-RENDU : LE DEFI DE L’ANNÉE !

#COMPTE-RENDU : LE DEFI DE L’ANNÉE !

Pourquoi tu cours ? Tu cours après quoi ?? C’est quoi l’intérêt ??? Toutes ces questions et bien d’autres m’ont été posées pendant les derniers mois, et à chaque fois, je ne savais pas quoi répondre. Depuis vendredi 20 octobre, je sais quoi répondre : « Pour vivre des émotions, des sensations et des journées comme lors d’un ultra ! ». Et oui, l’objectif de l’année 2017 était de finir l’Endurance Trail des Templiers, et c’est chose faite. Retour sur ma première journée d’ultra !

Le départ doit être donné à 4h15 dans le centre de Millau, Manon est avec moi pour m’accompagner jusqu’au dernier moment… Cela fait 3 mois que je pense tous les jours à cette course, sans aucune crainte, mais à 10min du départ… J’ai peur, très peur.. Mais je sais que ça ne va pas durer ! Le départ est donné et nous sommes 1231 à nous élancer. Les premiers kilomètres sont très plat et rapides pour étirer le peloton. La route s’élève petit à petit et je suis étonné de continuer à courir alors que beaucoup marchent déjà. Les premiers kilomètres sont assez rapides et Manon me fait la surprise de me retrouver au 11ème kilomètre pour quelques mètres ensemble. Puis je repars seul en sachant que je la retrouve au 18ème kilomètre. Après 2h17 de course je me retrouve à Rivière sur Tarn pour le premier ravitaillement. Je prend quelques minutes avec Manon avant de repartir pour 15km de plus avant de revoir Manon. Dans la descente vers le deuxième ravitaillement je me sens pousser des ailes et je remonte beaucoup de coureurs. J’arrive au 34ème kilomètre après 4h35 et le passage par les stands est toujours rapide pour passer le plus de temps possible avec Manon et Mathieu qui est venu me soutenir. Je repars pour une partie très technique vers le Rozier, sur 9km. 9km pour lesquels je mettrais plus d’1h30 a parcourir ! Arrivé au 43ème kilomètre la fatigue commence à se faire ressentir et je prend cette fois-ci plus mon temps au ravitaillement, un peu de sucré, un peu de salé, un câlin à Manon et op, je repars pour un gros morceau. 20km avant la prochaine fois que je reverrais Manon, mais un point d’eau à seulement 8km ! J’arrive assez vite au point d’eau où je prend le temps de mettre mon téléphone en charge, ainsi que ma montre pour qu’elle tienne jusqu’à l’arrivée. En repartant du point d’eau, un coureur du coin me dit qu’on attaque une très grosse difficulté…

Et en effet cette ascension ma fait souffrir. A tel point qu’au 55ème kilomètre, je suis obligé de m’asseoir 10 bonnes minutes. 10 minutes pendant lesquelles je note encore une fois la gentillesse de chacun des coureurs qui sont passés devant moi en me demandant si ça allait. Je me relève et repars en direction de Saint André de Vézines (km 63) où je retrouve Manon pour un ravitaillement complet… ça fait presque 4h que je ne l’ai pas vu !! Je me change et je mange pas mal, je décide d’arrêter les boissons sucrées qui ne passent plus et je repars vers Pierrefiche au 74ème kilomètre. La route descend très fort dans un premier temps, mais la descente se passe bien pour moi (pour une fois), puis remonte très fort vers le ravitaillement. Le temps est toujours stable, pas de pluie mais pas de grand soleil, la température est bonne aussi donc je garde le sourire. J’arrive cependant frigorifié à Pierrfiche d’où je décide de repartir avec des manches longues pour la fin de course. Arrivé au 77ème kilomètre, la vue sur le viaduc de Millau est magnifique avec le soleil couchant, mais il reste (quand même) 23km à parcourir !! La nuit tombe doucement mais je retarde au maximum le moment où je vais remettre ma frontale. Je passe 1h ou 2 vraiment tout seul dans la forêt, tout va bien mais je dois me résigner à m’arrêter pour prendre ma frontale dans mon sac car la visibilité est vraiment réduite. Le temps commence à être long surtout dans la nuit, mais j’arrive à Massebiau au 90ème kilomètre. C’est la dernière fois que je vois Manon avant Millau, mais il reste l’ascension vers Le Cade, qui semble très violente d’après les coureurs qui sont avec moi et qui connaissent la fin de course. La montée est très très dure mais j’arrive au 94ème kilomètre dans le plus beau des ravitaillement de la course. J’y prend mon temps, je profite de la musique, je bois une petite soupe, et pour la première fois, je réalise que je serais finisher !! Je verse une petite larme et ressort dans le froid pour la descente vers Millau. Une descente compliquée compte tenu de la boue, de la raideur de la pente et de la nuit. Je passe dans la grotte du Hibou que je ne prend pas vraiment le temps de visiter, puis je fonce vers Millau.

A 500m de la ligne j’entend la voix de Harry Bignon, un speaker de luxe qui annonce l’arrivée prochaine d’un certain Romain Carpentier. J’apprendrais par la suite que Manon et lui on échangé avant mon arrivé et qu’Harry avait proposé une arrivée « spéciale » pour moi. Et il n’a pas menti, Harry fait chauffer le public encore présent à 22h45 alors que j’arrive dans la dernière ligne droit, un bisou à Manon, un check à Harry et je passe la ligne… Un moment inoubliable !! Je suis finisher de mon premier 100km en 18h41, j’attend quelques secondes avant de revoir Manon avec qui j’échange un très long câlin. Sans elle tout cela n’aurait pas été possible, et elle le sait !

J’ai donc atteins mon objectif, je n’ai pas de mot pour décrire le bonheur que je ressens actuellement en repensant à cette journée, mais une chose est sure… ce n’était pas mon dernier ultra trail !!

Maintenant place au repos, puis à une nouvelle saison qui sera sans doute encore bien différente de la saison passée. La prochaine course sera l’Ekiden de Paris le 5 novembre pour 10km de reprise. Je vous promet également une nouvelle vidéo d’ici quelques jours, suspens !

Merci à tous ceux qui m’ont soutenu et qui me soutiennent encore chaque jour, je le répète souvent mais ça fait plaisir de se sentir suivi et porté !

Hurdle Runner.

Ma course sur Strava et ma vidéo d’après course ici !

#VIDEO : 100KM… C’EST FAIT !!

C’était l’objectif de ma saison, mon premier 100km aussi, une aventure d’un jour, mais plus largement une aventure d’une saison, d’une année ! Le micro n’a pas voulu que je vous parle alors ça restera un « reportage » en musique ! N’hésitez pas à me dire ce que vous en penser et à partager la vidéo si elle vous plait.

Bon visionnage !

Hurdle Runner.