Après mon premier KV la veille à Manigod (lire ici), j’ai pris part dimanche 17 juillet à la 30ème édition de la Montée du Nid d’Aigle. Le principe est simple, la course part du Fayet (en dessous de Saint-Gervais) et se termine au Nid d’Aigle : 1930m D+ (et 200m D-) pour 19,8 km de course. Une nouvelle occasion de travailler la montée en vue de l’OCC qui aura lieu dans un gros mois maintenant.

Malgré le KV de la veille, les jambes sont plutôt bonne ce dimanche matin, c’est plutôt rassurant avant de prendre le départ. Celui-ci est donné à 8h30 dans le parc thermal de Saint-Gervais. L’ambiance est très bon enfant, les gens rigolent, échangent, sourient… J’entend un femme blaguer et dire à ses amies qu’elle aimerait terminer première suédoise (cela aura son importance par la suite…). Le premier kilomètre est totalement plat avant que la route ne commence s’élever. Les premiers lacets ralentissent considérablement le peloton. A cet instant je suis plutôt dans la deuxième partie de la course mais je ne veux pas m’emballer et je reste calme. Les premiers kilomètres se passent très bien, alternant grosses cotes et petites descentes rapides. Le parcours traverse le village de Saint Gervais que je connais bien, avant de s’enfoncer dans les bois pour attaquer la partie la plus dure du parcours.

IMG_2317

La partie la plus facile se termine donc (à mes yeux), au 11ème kilomètre, juste après un ravitaillement bien mérité à l’issu d’une belle côte bien raide. Je suis toujours plus ou moins avec les mêmes coureurs, on se double mutuellement, se motive, s’accroche… Et à partir du 13ème kilomètre, seule barrière horaire du parcours, la route a vraiment commencer à s’élever. Je pense que la pente que nous avions face à nous était parfaitement adaptée à mes capacités (ni trop raide ni trop « facile »). J’ai donc commencer à remonter les coureurs petit à petit, en gardant en tête que les kilomètres qui arrivaient seraient plus lents que les premiers. Je rattrape un petit groupe dans lequel je reconnais la suédoise du début. Je me permet de lui demander si elle pense être la première de son pays. Elle rigole mais je vois à son visage qu’elle est fatiguée et qu’elle est sans doute partie trop vite. En effet, 30 minutes plus tard elle met le clignotant et fait une pause : elle terminera finalement à seulement 4′ derrière moi.

La fin du parcours, les 4 derniers kilomètres, a lieu dans un cadre absolument magnifique. Le soleil tape fort mais la température reste supportable, les lacets s’enchainent pour nous faire gravir les derniers mètres de dénivelé. Le dernier ravitaillement au 18ème kilomètre fait du bien, du coca, des cacahuètes et c’est reparti. Je continue à doubler quelques coureurs et certains randonneurs. Finalement j’aperçois l’arrivée, je fini les tous derniers mètres en courant pour franchir la ligne en 2h53’21. Je voulais initialement finir en moins de 3h : le contrat est rempli !

IMG_2315

Cette course, aussi originale que magnifique, donne l’occasion d’évoluer dans un cadre vraiment superbe, l’organisation est franchement bien huilé et la redescente par le TMB (Tramway du Mont-Blanc) permet de finir l’épreuve sur une note très sympathique. Je me classe finalement 140ème sur 305 arrivants, je ne saurait pas dire si c’est un bon résultat ou pas, mais je suis en tout cas très satisfait de cette course et de ce weekend. La vidéo du weekend devrait arriver d’ici peu !

Hurdle Runner.