Initialement, j’avais décidé de faire de ce weekend une préparation en vue de l’OCC. L’idée était de faire deux courses sur le même weekend, mais aussi et surtout de faire un maximum de dénivelé positif possible. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai été servi ! Voici la première partie de mon aventure d’un weekend : mon premier kilomètre vertical.

Pour ceux qui ne connaissent pas, un kilomètre vertical est une course en montagne très courte en distance (entre 3 et 6 km généralement), mais dont le dénivelé positif est très important et toujours le même (1000m D+). Ce weekend avait lieu la deuxième manche du Challenge KV (Kilomètre Vertical) de Manigod, et j’ai donc décidé de me lancer à l’assaut de mon tout premier KV.

IMG_2084

Le décor est donc planté : 3,4 km à parcourir, 1000m D+… Rien que ça. En arrivant sur place samedi matin, je me rend vite compte que tous les autres participants connaissent bien l’exercice, sont souvent de vrai montagnard et parfois même des locaux. Pas de soucis, je fais la course pour moi, pour me préparer et surtout découvrir une toute novelle épreuve. Le départ est donné à 9h00 et nous sommes à peine 70 au départ, cela fait très longtemps que je n’ai pas participé à une course avec si peu de participants. Je suis à l’arrière du peloton avant le départ et je ne compte pas aller me frotter aux meilleurs devant, d’autant plus que le départ est ultra rapide. Des les premiers hectomètres avec le chemin qui se dresse devant moi, je comprend que la course va être très dure. Peu de coureurs me doublent… mais peu sont derrière moi !

Après les premiers 300m D+, le parcours passe par un faux plat dans le village de Manigod, l’occasion de relancer un peu avant la deuxième partie du parcours, les derniers 700m D+ à gravir d’un coup, sur une crête. La montée se fait le long d’un téléski et je me demande à un moment, si je serais capable de faire la même chose l’hiver dans la neige avec les chaussures de ski… Mais j’oublie vite cette idée qui me fait encore plus mal au jambes ! Tous les 200m D+, un panneau indiquant les temps de passage du recordman Kilian Jornet permet de se rendre compte de l’incroyable performance qu’il a réalisé.

La montée est longue, très longue… A mi chemin (à peu près), nouveau léger faux plat avec point d’eau très appréciable, j’en profite pour faire une mini pause mais pas que pour récupérer… Ca fait 20 bonnes minutes que j’entend des encouragements à quelques mètres derrière mois, pour une certaines Maïlys qui apparemment est du coin. Je me dis que faire la montée a deux avec des nombreux encouragements, plutôt que seul et « comme un inconnu » sera plus motivant et plus « facile ». Nous attaquons donc la fin de l’ascension l’un derrière l’autre, tête baissée pour ne pas voir la fin du calvaire face à nous. C’est donc après 58’16 que je passe la ligne d’arrivée (avec une excellente moyenne de 3,5 km/h !!). Le paysage auquel j’ai le droit est magnifique, mais que c’était dur !! Je prend le temps de prendre quelques photos avant d’enfiler une veste et de redescendre (à pieds…) vers le village.

IMG_2076

Je ne m’attendais pas à un effort aussi violent et à être autant en difficulté, mais je suis très satisfait d’avoir terminé la course. C’est la première fois je crois, que je suis satisfait d’une course alors que je suis si mal classé. J’ai fais ma course et j’ai pris mon pied ! Pour le weekend, il ne me restait plus qu’à me reposer et à attendre la course du lendemain matin… L’article arrive d’ici peu !

Hurdle Runner.