Il y a quelques temps, je me suis retrouvé bien embêté par ma montre (à l’époque la Forerunner 10) pour plusieurs raisons. Tout d’abord lors de ma préparation pour l’Ubaye Trail Salomon durant laquelle je me suis rendu compte que la batterie de cette montre ne suffirait pas pour tenir la durée totale de la course (durée d’autonomie estimée par Garmin : 4h…). Ensuite lorsque j’ai voulu faire des séances de fractionné, il était impossible de prévoir des périodes d’échauffement, de récupération, le nombre de séries etc… Enfin, cette montre (très pratique par ailleurs), ne disposait pas de cardio-fréquencemètre, ce qui n’était pas indispensable à mes yeux mais qui peut être une très belle valeur ajoutée. Pour ces trois raisons donc, je me suis mis en tête de trouver une montre GPS Garmin (pour continuer à utiliser le Garmin Connect) qui permettrait de résoudre ces « problèmes ».

Je me suis donc orienté, après plusieurs comparatifs, vers la Forerunner 225. Voici pourquoi

L’AUTONOMIE

Garmin annonce une autonomie de 10h en mode entrainement. Je vous avoue que je n’ai pas encore fait de sortie de 10h non-stop. Par contre, j’ai pu faire pas moins de 8 sorties running (entre 45min et 1h20) sans avoir à recharger la montre une seule fois, et en la laissant allumé toute la journée. Cette autonomie n’est pas négligeable du tout et est même très appréciable, plus besoin de se demander si la montre va tenir la charge jusqu’à la fin de la sortie du jour : la réponse est quasiment toujours « OUI » ! Premier « problème » réglé…


LES ENTRAINEMENTS

Une révolution… C’est comme ça que je définirais l’apport du mode entrainement de cette montre dans ma préparation sportive. Et je pense que le mot n’est pas trop fort quand on passe d’un simple mode « course/marche » à une programmation complète de la séance. En effet, avec la Forerunner 225 (et d’autres montres Garmin), il est possible de programmer une séance d’entrainement sur son ordinateur (échauffement, fractionné, repos, étirements…), de la basculer ensuite sur la montre et une fois que vous partez courir, vous n’avez qu’à vous laisser guider par elle. C’est génial ! Plus besoin de compter combien de 200m vous avez faits, ni de regarder combien de mètres il vous reste à parcourir, la montre vous dit tout en temps réel… Deuxième « problème » réglé.

capture-decran-2015-09-12-a-09.29.01

LE CARDIO-FREQUENCEMÈTRE

Cet aspect de l’entrainement n’étant pas indispensable à mes yeux, je n’ai surtout pas voulu m’embêter avec une ceinture à mettre puis à enlever, à serrer puis à desserrer… D’autant plus que je cours le plus souvent avec mon iPod, je ne me voyais pas courir avec les écouteurs plus la ceinture du cardio plus le téléphone etc. L’avantage de cette montre est donc qu’elle prend le pouls grâce à son capteur au poignet ! Un très bon point à mes yeux. D’autant plus que celui-ci marche plutôt bien si le bracelet est assez serré autour du poignet. La visualisation en temps réel des battements cardiaques est également très lisible et agréable.

BILAN

En définitive cette montre semble, après quelques semaines d’utilisation, être tout à fait adaptée aux attentes que j’en avais. Elle est très simple à prendre en main et très complète à la fois. Petit plus, si elle est portée durant la journée, elle compte les pas réalisés tout au long de la journée, une motivation en plus pour bouger plus au cours d’une journée de travail !! Même si ce point n’est pas forcément utile, on se prend très vite au jeu de tenter de faire le plus de pas possible dans la journée.

Malgré son prix qui peut parfois ralentir certains amateurs comme moi (à partir de 250€), elle vaut vraiment le coup !!

Hurdle Runner.